Que faire si il n'y a pas de projection près de chez moi (en France) ?

Même si le film n’est pas programmé dans votre cinéma cette semaine, il se peut qu’il soit programmé plus tard dans les semaines à venir, n’hésitez pas à vous renseigner directement auprès de votre salle la plus proche.

Comment organiser une projection (en France) ?

Pour pouvoir projeter le film, il faut être équipé d’un projecteur numérique de cinéma supportant le format DCP. Si vous possédez cet équipement, vous pouvez contacter Mars Films directement pour organiser une projection privée.
Dans le cas contraire, vous pouvez vous rapprocher du cinéma de votre choix, si le film est programmé dans sa salle il vous suffira d’acheter des billets, si le film n’est pas programmé, le cinéma pourra se mettre en contact avec Mars Films pour faire une demande de projection privée en votre nom.

Quand le film sera-t-il projeté à l'étranger ?

Il est déjà sorti en Suisse, en Belgique, en Pologne. Voici les sorties déjà prévues et les noms des distributeurs :

- Pays-Bas : 21 avril (Cinéart)
- Espagne : 29 avril (Karma Films)
- Finlande : 13 mai (Cinemanse Oy)
- Suisse allemande : 26 mai (Filmcoopi)
- Allemagne : 2 juin (Pandora Film)
- Autriche : 3 juin (Pandora Film)
- Canada : 28 mai (L'Atelier de Distribution de Films)
- Japon : été 2016 (Cetera)
- Italie : octobre (Lucky Red)

Le film sortira également à des dates non encore déterminées au Portugal, au Maroc, en Algérie, en Colombie, à Hong-Kong et à Macao, au Japon, à Taïwan, en Australie et en Nouvelle-Zélande, au Mexique, en Colombie, dans le reste de l'Amérique du Sud via Pan TV Latinam, au Danemark, en Russie, en Serbie, en Croatie, dans le reste de l'Europe de l'Est via HBO... Pour les USA, la GB nous sommes encore en discussion avec des distributeurs, nous annonceront les ventes et dates de sortie au fur et à mesure que nous les connaitrons sur la page Facebook du film.

Et pour les avant-première à l'étranger ?

Pour cela, le film doit d'abord être distribué dans votre pays. Nous vous tiendrons informés sur ce site et sur la page Facebook de la distribution et des avant-premières hors de France.

Quand sortira le DVD ?

Le 6 juin pour la VOD et le 15 juin pour le DVD. Chez France Télévision Vidéos.

Avez-vous pris l'avion pour le tournage?

Oui, nous avons utilisé avions, trains et voitures. Ce qui peut sembler contraire à notre objectif. Et, en un sens, ça l'est ! Mais, honnêtement, nous ne pouvions pas imaginer une autre solution pour visiter autant de pays. Nous avons des familles, d'autres activités et nous ne pouvions pas passer des mois à nous rendre à destination...

Avez-vous compensé la pollution causée par vos voyages ?

Oui, nous avons travaillé avec Pur Projet, une association fondée par Tristan Lecomte. Pour essayer d'équilibrer l'impact de nos voyages, nous avons investi dans la régénération et la préservation de certains écosystèmes (reboisement par l'agroforestation, pour la conservation des forêts) en partenariat avec les petits producteurs. En tout près de 5000 arbres ont été plantés (dont 457 pour compenser directement les émissions de CO2 du tournage)

Pourquoi certains sujets ne sont pas abordés ?

Essayer de décrire l'émergence d'une nouvelle société en deux heures est un défi. Nous avons dû travailler extrêmement dur pour raconter une histoire, qui soit à la fois fascinante, intrigante, éducative et émouvante. Cela a demandé beaucoup d'attention de notre part pour sélectionner les exemples que nous allions garder. Nous ne voulions pas faire un film « fourre-tout » ! D'autre part, nous avons créé ce site Internet, un complément au film, qui indique les mouvements et initiatives partout dans le monde.

Pourquoi n'avoir pas mis le film gratuitement sur Internet si son objectif est de toucher un maximum de monde ?

Nous n'avons pas mis le film en gratuit sur Internet (YouTube ou autre), car nous avons d'une part besoin d'être rémunérés pour notre travail et de l'autre parce que nous pensons que faire vivre le film dans les salles est très important. Que c'est un endroit qui favorise le lien social. Voir ce film a plusieurs centaines et pouvoir ensuite se parler, décider d'agir ensemble n'a rien à voir avec le voir seul derrière un écran en participant à faire gagner de l'argent à Google ou autre... Nous tenons aussi à faire vivre toute une économie dans le cinéma, qui va des techniciens, jusqu'aux salles d'art et d'essai. Ce sont des métiers beaux et nécessaires. Les petits cinémas dépendent aussi de films comme le nôtre pour vivre. Et il nous paraît fondamental qu'ils existent. Pour autant le film sera disponible au plus grand nombre sous de nombreuses formes : passage sur France 2 à partir de décembre 2017, DVD, VOD, etc.

Qu'allez-vous faire des bénéfices du film ?

D'abord payer des impôts ;) Puis rembourser et rémunérer les personnes qui ont pris des risques importants pour que le film existe : les co-producteurs, distributeur, les réalisateurs qui ont mis un part de leur salaire en participation et travaillé pendant des mois sans être payés. Ensuite, Cyril et Mélanie avaient signifié qu'ils réinvestiraient dans d'autres projets. Monter des films prend parfois des années et les financer devient de plus en plus difficile. Pouvoir tenir pendant ce laps de temps (les réalisateurs sont loin de faire des films tous les ans !) et avoir de quoi démarrer est souvent précieux.

Est-il normal qu'un film en partie financé par des internautes fasse des bénéfices ?

C'est une question légitime, dont la réponse n'est pas forcément simple. Ce type de cas est rarement arrivé auparavant et nous ne nous attendions pas nous-mêmes à un tel succès. Si on y regarde de plus près, le financement participatif représente 1/3 du budget du film et a été une aide très importante pour monter Demain. Pour autant, l'engagement était clair dès le début sur la page de Kiss Kiss Bank Bank, les internautes ont fait un don, contre lequel ils ont reçu un don de l'équipe du film (place de ciné, DVD, livre, etc.). C'est un peu comme une forme de pré-achat où l'on paie un peu plus cher ce que l'on aura, pour aider une démarche à se monter. (la somme récoltée, n'est pas la somme utilisée pour le film, elle a aussi servi à financer les contreparties...) Depuis le début, il est également inscrit que les bénéfices seront investis dans d'autres projets pour Cyril et Mélanie, qui ne représentent qu'une petite part des co-producteurs. Les autres co-producteurs ont investi des sommes importantes, à risque, et vont donc commencer par rembourser leur investissement. Avec un peu de chance ils gagneront un peu, ce qui leur permettra là aussi de réinvestir dans d'autres films. C'est le principe du cinéma français et ce qui donne la chance à beaucoup d'oeuvre d'exister. C'est un moyen de faire fonctionner une économie (celle du film d'auteur, et de surccroit à caractère écologique et social) qui nous paraît nécessaire. Peut-être est-ce aussi une bonne nouvelle que ce type de films fassent des bénéfices et puissent les réutiliser intelligemment, plutôt que ce soit l'apanage des films les plus commerciaux (à qui personne ne demande rien ;).

Allez-vous soutenir des projets locaux ?

Nous l'avons fait à une modeste mesure avec plusieurs initiatives du film. Outre la médiatisation que le film leur a offerte, nous avons financièrement contribué au projet d'Elango en Inde, au travail de l'association Sustainable Connection aux EU pour la relocalisation de l'économie, à celui de Transition Network au Royaume-Uni. Nous sommes également en train de les mettre en lien (ces projets-ci et d'autres) avec des fondations qui pourraient leur apporter plus de fonds. Par ailleurs, via le financement participatif, nous avons participé à l'action de reforestation de Pur Projet en plantant près de 5000 arbres. Encore une fois, nous n'avons pas vocation à devenir nous-mêmes une fondation, mais putôt à développer des projets comme Demain qui puissent avoir un large impact sur notre vision de l'avenir et qui aident à mobiliser les acteurs sur le terrain.

Pourquoi, alors que le film a fait plus d’un million d’entrées en salle et a été amorti financièrement, ne le mettez-vous pas en libre accès sur Internet pour que tout le monde puisse le voir ?

Il est important de comprendre plusieurs choses.

  • Lorsque nous avons monté le film nous avons choisi de mêler un mode de diffusion militant avec un mode de diffusion plus classique, où nous pouvions toucher un public plus large. Nous avons donc signé avec un distributeur français (Mars), un vendeur international (Elle Driver), un éditeur de DVD/VOD (France Télévision) et des chaines (F2 pour la diffusion en clair et OCS pour la diffusion cryptée). Tous ont participé au financement en amont et sont intéressés aux bénéfices en aval. Ce sont donc eux qui détiennent les droits de diffusion sur ces différents supports. Nous n’avons donc pas le droit de faire ce que nous voulons avec le film (par exemple le mettre gratuitement à disposition sur Internet).
     
  • D'autre part, notre volonté est de faire vivre toute l’économie de la culture. C’est grâce à des succès comme Demain que des salles d’art et d’essai peuvent continuer à exister, c’est grâce aux bénéfices que des distributeur comme Mars films ou des producteurs comme Move Movie peuvent sortir des films d’auteur qui perdront de l’argent ou que des éditeurs de DVD sortiront des films dans leur catalogue alors qu’ils n’ont aucun « potentiel commercial ». C’est grâce au fait que ce film marche que Cyril a pu partir en tournée pendant près de 10 mois, dans 14 pays et plus de 80 villes sans être payé, mais pour accompagner le message du film. D’habitude ces succès commerciaux viennent de comédies ou de blockbuster américains. Montrer que des films exigeants peuvent rapporter de l’argent c’est aussi permettre à d’autres documentaires, à d’autres films d’auteur de trouver des financements. Et à ne pas renforcer une standardisation toujours plus importante de la culture et du cinéma. Acheter une place de cinéma, un DVD ou un livre de Demain c'est aussi participer à tout cela.
     
  • A contrario, cette idée du « gratuit sur Internet » est très belle sur le papier, mais contribue à tuer nombre de métiers. Aujourd'hui elle revient bien souvent à construire un monde où tout est rémunéré par la publicité (la presse, YouTube, Google, spotify, Deezer, etc.). Ce n’est pas le monde que nous voulons construire. Nous vous encourageons notamment à lire cette interview de Jaron Lanier « L’Internet ruine les classes moyennes » qui explique bien comment la production de contenus apporté par les Internautes rapporte beaucoup d’argent à des géants comme Google au détriment des artistes, des journalistes, etc. Avec Demain nous voulons participer à créer des modèles économiques équitables, qui ne concentrent pas les pouvoirs ou les moyens dans quelques mains mais où des artistes, des entrepreneurs indépendants (producteurs, distributeurs, cinémas, éditeurs, etc.) peuvent vivre de leur métier et avoir les moyens d'investir dans des oeuvres de qualités. Evidemment il y a des exceptions formidables comme Wikipedia et les contenus en Creative Commons. Peut-être qu'un jour nous construirons un film sur ce modèle. Mais ce n'est pas ce que nous avons fait cette fois.
     
  • Enfin, il y a sur ce film un nombre très important de co-producteurs. Malgré le succès, les sommes collectées par chacun ne sont pas faramineuses non plus ! Donc pas de fantasmes, personne n'est devenu super riche avec Demain.

Pour les Kissbankers

Beaucoup d’entre vous nous posent des questions sur les billets, les avant-premières, les contreparties, les dates d’envois de celles-ci, les échanges…etc. Nous allons essayer de préciser au mieux, nous savons que ce n’est pas toujours évident :)

En quoi consiste "La part du COLIBRI" ?

La part du Colibri concerne les kissbankers qui ont contribué à hauteur de 10 à 150 euros. Il s’agit de l’envoi, chez vous, d’un billet de cinéma pour une personne au moment de la sortie du film le 2 décembre. Ce billet est valable dans tous les cinémas qui projetteront DEMAIN.. Cette part s’ajoute aux autres contreparties qui varient selon votre contribution.

Puis-je venir accompagné ?

Les parts du Colibri sont des invitations pour une seule personne. Si vous souhaitez venir accompagné, vous devez réserver ou achèter un autre billet sur Allociné ou bien directement auprès du cinéma.

Mais au fait quelle est ma contrepartie ?

Rendez-vous sur http://www.kisskissbankbank.com, puis connectez-vous avec vos identifiant et mot de passe, cliquez sur votre compte, puis Mes contributions, vous y êtes !

Et pour les autres contreparties ?

Le journal de bord est envoyé. Nous nous en excusons pour le retard. Vous recevrez par ailleurs le DVD du film au moment de sa sortie, début avril. Merci pour votre patience.

J'aimerais bien changer de contrepartie...

Pour celles et ceux qui souhaitent changer leur contrepartie, nous ne pouvons malheureusement pas répondre favorablement à ces échanges. Nous en sommes désolés mais le quota de toutes ces contreparties a été fixé au départ et nous ne pouvons le modifier.

Et si j'ai changé d'adresse ?

Pour les changements d’adresse, si vous avez fait suivre votre courrier jusqu'au 1er semestre 2016, nous vous enverrons vos contreparties à l’adresse initialement indiquée.